GAIE/Femmes - Groupement d'Appui aux initiatives Economiques des Femmes

La secrétaire exécutive de GAIE/Femmes

     Nous avons rencontré Mme Kandji Issabre, secrétaire exécutive de l'ONG GAIE/Femmes ainsi que deux autres membres de l'association, le 6 janvier 2004 dans le quartier de la Cité des 300 Logements. Elle a vivement accepté notre proposition de formation en html et s'est révélée être très douée. Nous l'avons revue en août 2005 et, à cette occasion, nous leur avons fait faire une petite révision du cours HTML afin d'actualiser leur site. En raison d'un problème de mise en ligne, le site n'avait pu être mis à jour. C'est pourquoi nous l'avons revue pendant l'été 2006. Nous en avons aussi profité pour faire son portrait.

     GAIE/Femmes est une ONG à but non lucratif créée le 21 janvier 1992 par un groupe de jeunes d'horizons divers et soucieux du devenir des femmes et des enfants. Membre de plusieurs organisations nationales et internationales (AWID, FIAN, Groupe Pivot Santé, RIOD, Earth Action...), GAIE/Femmes œuvre pour la défense des droits des femmes et des enfants, ainsi que pour la protection de leur intégrité physique et morale. C'est une association de type coopératif qui recherche la rentabilité économique et sociale au profit des femmes ; elle vise à aider ces dernières à se prendre en charge et à s'émanciper.
GAIE/Femmes a le statut consultatif spécial auprès d'ECOSOC aux Nations Unies.

Mission

     Contribuer à la promotion socio-économique de la femme et de l'enfant à travers :

  • Le financement et la réalisation de projets dans les domaines de la santé, l'éducation, l'environnement, le micro-crédit, la lutte contre la pauvreté…
  • La participation à l'atteinte des objectifs de la politique nationale de la promotion de la femme et de l'enfant ;
  • La participation à des rencontres nationales et internationales sur la promotion de la femme et de l'enfant ;
  • La formation et la sensibilisation des populations à la base.

Objectifs

  • Entreprendre des actions de recherche sur les activités des femmes et participer aux études relatives à la femme et à son environnement socioculturel ;
  • S'investir en vue d'aider la femme malienne en général et rurale en particulier à lutter contre la pauvreté ;
  • Réunir toutes les bonnes volontés pour appuyer, valoriser et exécuter des initiatives collectives ou individuelles d'auto-promotion de la femme ;
  • Combattre toute forme d'injustice à l'égard de la femme et de l'enfant.

Domaines d'activités

     GAIE/Femmes a un champ d'action assez étendu puisqu'elle intervient dans des domaines aussi divers que l'hydraulique, le micro-crédit, l'alphabétisation, l'agriculture, l'aviculture, la prévention sanitaire…
Elle compte notamment parmi ses bénévoles un ingénieur agronome, un administrateur, une économiste, deux médecins, un juriste, un chimiste, deux ingénieurs en génie rural, un vétérinaire, qui appuient GAIE/Femmes dans l'élaboration et l'exécution des projets ainsi que dans les formations.

Organisation

     L'Assemblée Générale compte 32 membres, majoritairement des associations. Le bureau est composé de 9 membres. L'association compte 5 conseillers bénévoles. Tous les membres exercent une profession en parallèle.

Partenaires

  • Oxfam-America
  • Action Partage Humanitaire
  • Ambassade du Canada
  • Ambassade du Japon
  • Groupe Pivot Education de Base
  • Groupe Pivot santé
  • CORDAID (Pays-Bas)
  • CENFACS
  • Food for All

Quelques projets réalisés

  • Projet intégré des Femmes de Djidiéni : renforcement des activités d'embouche, d'aviculture, de gestion de matériels agricoles et de banques de céréales auprès de 17 groupements de femmes et promotion des activités génératrices de revenus.
  • Résultats satisfaisants : les bénéficiaires se sont bien impliquées surtout au niveau de la banque de céréales, de l'embouche, de la teinture, mais la tentative de mise en place d'un système de crédit a échoué et le problème de recouvrement des crédits perdure.
  • Construction et équipement d'un Centre de Santé à Sabalibougou qui permet aux populations du quartier d'avoir accès à des soins à des prix abordables et cherche à réduire la mortalité, à promouvoir le planning familial et à lutter contre les MST/SIDA.
  • Aviculture à Kolokani : construction de trois poulaillers, achat, alimentation et vaccination de 300 volailles, commercialisation des produits avicoles, formation des femmes à de nouvelles techniques d'aviculture, alphabétisation fonctionnelle.
  • Pêche et commercialisation de produits piscicoles à Samayana : ce projet a permis d'augmenter le revenu des femmes par la vente des produits de la pêche, d'améliorer l'alimentation du quartier, d'alphabétiser une vingtaine de femmes, de mettre en place une caisse d'épargne et de crédit dont les bénéfices servent à remplacer le matériel de pêche défectueux.
  • Projet de sensibilisation sur le processus électoral, dans les régions de Koulikoro et de Ségou : animation, sensibilisation et information à travers des ateliers, projections, causeries afin d'inciter la population à aller voter.
  • Projet de sensibilisation sur les MST/SIDA et les mutilations génitales féminines au centre mutuel communautaire : l'objectif est d'amener les responsables politiques, administratifs, communautaires et les autorités socio-sanitaires à s'impliquer davantage dans la lutte contre les mutilations génitales féminines et d'insuffler un réseau d'information comportant l'ensemble des intervenants (exciseuses, parents, éducateurs, medias, associations et groupements, services techniques de santé, mairies et autorités étatiques).
  • Projet de sensibilisation et d'information sur les modes de transmission des MST et du SIDA auprès des transporteurs routiers des gares de Djikoroni et de Sénou.
  • Enquête sur les mutilations génitales (prévalence et conséquences) dans douze villages de la Commune Rurale de Kalabancoro afin de mettre en place un programme de lutte contre les MGF.
  • Projet de réhabilitation et de réinsertion des enfants victimes de trafic mis en place conjointement par l'OIM (Organisation Internationale pour les Migrations), l'UNICEF et le BIT (Bureau International du Travail) : certains enfants, victimes de trafic, souvent envoyés dans des bananeraies en Côte d'Ivoire, ont été rapatriés au Mali par le Ministère de la promotion de la Femme, de l'Enfance et de la Famille. L'ONG GAIE/Femmes a été retenue pour organiser la réinsertion de 31 enfants de la région de Koulikoro.
  • Sensibilisation des enfants de Garibou Bougoufié sur le trafic des enfants afin de réduire leur vulnérabilité.
  • Agriculture et micro-crédit avec les femmes de Karwela et organisation de la scolarisation des enfants de Karwela : l'ONG a aidé les femmes à cultiver un grand champ de maïs, les recettes de la récolte ont permis de mettre en place une caisse, d'acheter des fournitures pour la rentrée scolaire des enfants et de verser des salaires aux enseignants.
  • Projet de pêche et de conservation des produits piscicoles avec les femmes bozos de la région de Kalabandougougcoro : ce projet a concerné une trentaine de femmes à qui l'association a fourni du matériel de pêche et dispensé des formations afin de leur permettre de gérer elles-mêmes leur comptabilité. Ces actions furent également accompagnées d'un programme de micro-crédit et d'alphabétisation.

Détail de deux de ces projets : rencontres avec les acteurs

Le centre de santé de Sabalibougou

La médecin du centre de santé de Sabalibougou

     Le quartier de Sabalibougou est un quartier pauvre du sud de Bamako. La population de ce quartier s'est adressée à GAIE/Femmes afin que l'ONG les aide à obtenir les financements nécessaires à la construction d'un centre de santé communautaire. C'est l'ambassade du Canada qui a financé ce projet. Le centre a été construit en 2000 et aujourd'hui, il n'y a toujours pas de clôture, ni d'eau potable, ni d'électricité. En fait, il y a un robinet « pas trop loin « et des plaques solaires qui permettent de faire fonctionner une ampoule la nuit en cas d'accouchements. Mais le centre ne peut assurer de gardes de nuit… En 2006, GAIE/Femmes a contacté l'AWDF afin d'équiper ce centre. Le projet est en cours.
Nous avons rencontré une des médecins du centre qui nous a expliqué son fonctionnement. Les accouchements coûtent 2000 F CFA et les tests de dépistage du VIH/SIDA sont gratuits pour les femmes enceintes. Les campagnes de vaccination pour les enfants qui ont lieu une fois par semaine sont gratuites et sont l'occasion pour les médecins d'informer les populations en matière d'hygiène sanitaire et alimentaire. D'après la médecin, les femmes du quartier commencent à comprendre l'importance des visites prénatales.

Le projet de réinsertion des enfants victimes de trafic

Bintou, vendeuse de boissons rafraîchissantes

     Le projet vise à permettre à ces enfants d'exercer une activité génératrice de revenus, à maîtriser un métier et à les alphabétiser ainsi qu'à identifier d'autres enfants vulnérables.
Pour cela, GAIE/Femmes organise des formations à divers métiers (souvent petits commerces) et aide les enfants à s'installer à leur propre compte, notamment en leur offrant du matériel de base et en leur apprenant des techniques de gestion et de commercialisation. Elle assure également un suivi psycho-social des enfants victimes de trafic ou vulnérables.
Nous avons eu l'occasion de rencontrer Bintou, une jeune fille d'une vingtaine d'années, aujourd'hui installée chez un parent dans le quartier de Kalabankoro à Bamako. GAIE/Femmes lui a donné un réfrigérateur qui lui permet de subvenir à ses besoins grâce à la vente de boissons fraîches. Avant d'être interceptée par le gouvernement malien, Bintou a travaillé en tant que bonne et dans des bananeraies en Côte d'Ivoire. Ces parents étaient d'origine très modeste et l'avaient laissée partir avec des personnes ayant promis de la former au petit commerce, ce qui lui aurait permis d'envoyer de l'argent à sa famille… Bintou garde un souvenir très amer de ses années en Côte d'Ivoire, d'où elle a « ramené » un fils.

     Les résultats du projet sont encourageants, puisqu'en 2006, tous les enfants aidés par GAIE/Femmes sont restés au Mali et poursuivent leurs activités. Le ministère a d'ailleurs recontacté l'association pour reconduire une action de réinsertion des enfants victimes de la guerre et du trafic.

Dernier projet réalisé

     Contactée par l'association de femmes d'un village de la région de Koulikouro (à 160km de Bamako), GAIE/Femmes a travaille à la construction d'un centre de santé communautaire dans ce village, en partenariat avec CENFACS. Comme à chaque fois qu'elle réalise un projet, l'association a également mis en place un volet d'alphabétisation et d'information (MST, MGF). Le centre a été inauguré le 22 mars 2008 en présence du Ministre de la Santé malien. Ce dernier a exprimé sa joie de voir un partenariat entre des groupements locaux et une ONG de la capitale couronné de succès. Une infirmière, un médecin et une sage femme sont déjà en poste et plusieurs internes doivent arriver d'ici quelques mois. De nombreux autres centres sont en projet et si les fonds sont suffisants, l'action de GAIE Femmes dans ce domaine durera encore longtemps.

Cette page a été réalisée par les membres de l'association Courants de Femmes.