ANHMS Section Féminine - Association Nationale des Handicapés Moteurs du Sénégal

     « Les femmes sont au début et à la fin de tout processus de développement »

Mme Ndèye

     En novembre 2003, nous avons eu l’occasion de rencontrer le Président de l’ANHMS, M. Yatma Fall ainsi que la Présidente de la Section Féminine de l’association, Mme Dagué Guèye Ndèye. Cette femme, handicapée à la suite d’une poliomiélyte, veut avant tout lutter contre la discrimination sociale touchant les handicapés et dont elle a elle-même été victime. Etudiante brillante à l’Ecole Normale de Dakar, Mme Ndèye s’est vu refuser la possibilité de devenir enseignante du fait de son handicap moteur. Elle s’est alors engagée dans le militantisme social auprès des autres étudiants et a réussi à faire reconnaître ses droits. Depuis, elle met toute son énergie au service de l’association.

     En janvier 2005, nous avons eu le plaisir de rencontrer à nouveau Mme Dagué Guèye Ndèye ainsi que Mme Seynabou Thiam, que nous avions formée à la programmation HTML au cours du premier projet de Courants de Femmes. 2005 fut une année de grands projets pour l'ANHMS.

     En juillet 2009, nous avons à nouveau eu la joie d'être reçues dans les locaux de l'ANHMS, par Yacine, Mme Ndèye et tous les membres de l'association. L'ANHMS, qui n'est plus subventionnée par la région Lombardie en Italie depuis mars 2006, relève avec succès le défi de l'autonomie financière, grâce aux revenus de ses activités.

Date de création

     L’ANHMS a vu le jour en 1981, qui fut l’année internationale des personnes handicapées. Depuis 1996, la Section Féminine de l’association est présidée par Mme Dagué Guéye Dieye N’Deye.

Objectif : lutter pour l’intégration socio-économique des handicapés

     Pour Mme Ndèye, il s’agit de montrer que le handicap n’est pas un frein, et de « démystifier les préjugés qui entourent le handicap. » Il s’agit de favoriser l’intégration socio-économique des femmes atteintes d’un handicap moteur et de développer des activités de plaidoyer en faveur des droits de ces femmes.

Structure de l'association

Intervention du Ministre de la Santé

      L'Association a changé son statut pour que les membres puissent élire les directeurs des sections de l'ANHMS au niveau des régions. Au cours de l'Assemblée Générale de mai 2004, Mme Seynabou Thiam a été confirmée dans son rôle de Présidente de la section féminine nationale.

     Depuis novembre 2005, Mme Dagué Guèye Ndèye, Présidente nationale de l'association, a commencé à travailler au centre Taliboudabou pour enfants handicapés qui se trouve dans le quartier de Grand Yoff. Au centre, elle veille à l'encadrement social des enfants et à la prise en charge des besoins spéciaux. Elle nous a invitées à la cérémonie d'ouverture d'une clinique dentaire au centre Talioudabou au cours de laquelle le ministre de la Santé et de la Prévention Médicale a fait un discours.

Domaines d'intervention

  • Education ;
  • Prise en charge sanitaire ;
  • Formation, emploi (artisanat, commerce…) ;
  • Droits des handicapés (notamment pour l’obtention d’une carte d’invalidité qui garantit la gratuité des soins).

Moyens d'action

  • Sensibilisation à travers des séminaires :
    • La section féminine mène un travail de sensibilisation auprès des femmes handicapées sur la santé de la reproduction (problèmes prénataux liés au handicap, …) ainsi que sur les notions de genre et de développement (tant les femmes que les hommes doivent s’impliquer dans le développement) ;
    • Tenue de conférences publiques pour « changer les mentalités » et démystifier les préjugés dont souffrent les femmes handicapées.
  • Education des enfants handicapés : L’analphabétisme touche particulièrement les enfants handicapés et constitue pour eux un deuxième handicap. L’action de l’association dans ce domaine prend plusieurs formes :
    • Pression pour le développement de centres spécialisés, mais surtout pour l’aménagement des écoles (notamment dans les banlieues) ;
    • Obtenir des extraits de naissance ;
    • Obtenir des fournitures scolaires.
  • Formation : les femmes peuvent suivre des formations en photographie, teinture sur informatique, cordonnerie, fabrique de poupées, coiffure, cordonnerie …
  • Activités de commerce : sculptures sur plâtre (par les femmes sourdes), tissage (par les femmes aveugles), friperies, restauration, gestion de télécentres, tricot… Les produits fabriqués sont en vente dans une salle d’exposition de l’association.
  • Soutien aux campagnes de vaccination contre la poliomyélite.

Le rôle des femmes

     Pour Mme Ndèye, « les femmes sont au début et à la fin de tout processus de développement. » C’est pourquoi les femmes handicapées doivent œuvrer en collaboration avec les autres associations de promotion féminine et s’inscrire dans un mouvement général de revendications des femmes en tant qu’actrices de développement.
Le problème des personnes handicapées est un problème de droit car la réalité socio-économique nie l’affirmation que « tous les hommes naissent libres et égaux en droit » de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et de la Constitution sénégalaise. Mme Ndèye combat pour que « l’égalité des chances ne soit plus une faveur mais un droit. »

Le GIE de l'association

     Pour s'assurer des sources de financements indépendantes, l'ANHMS a créé une unité de production de tissus batik et de colliers destinés à la vente au Sénégal et à l'étranger. L'association a sélectionné les membres les plus performants de l'atelier batik qu'elle animait auparavant pour assurer la production dans le cadre du GIE. Les membres du GIE sont 12 en tout : 9 femmes et 3 hommes. Deux formateurs assurent l'encadrement des membres.

     Les réalisations de l'ANHMS sont régulièrement exposées dans des salons un peu partout dans le monde, et sont vendues dans leur boutique en centre ville.

     Nous avons assisté aux activités de l'unité de production ; en voici quelques photos :

Production de colliers

Dessin à la cire pour teinture batick

Montage des tissus batick

atelier de cordonnerie

En 2009, ouverture du salon de coiffure d'une des membres de l'association

Kiné, dans son tout nouveau salon

     Notre rencontre en 2009 nous a amenées à visiter le tout récent salon de coiffure ouvert par une des membres de l’association, Kiné, ayant reçu des formations en coiffure, et ayant été encouragée à fonder son propre commerce. Kiné est née à Saint-Louis, et a 40 ans ; elle a suivi, avant de se consacrer à la coiffure, des formations en teinture batik, en confection de sacs et en micro jardinage. En tant que patronne de son propre institut, et à la tête de trois employées, elle fabrique elle-même les perruques qu’elle vend et certains de ses produits de beauté. Dans son institut, on trouve également des encens, de parfums et des produits de manucure et pédicure. Ce salon de coiffure, ouvert en janvier 2009, est donc aussi un institut de beauté, d’une grande modernité. Il est adossé aux locaux de l’ANHMS et donne directement sur la rue.

     Pour mener son projet a terme, elle a été contrainte de chercher des financements extérieurs auprès du ministère de la famille et de contracter des emprunts qui sont en cours de remboursement; Elle compte sur ses revenus de coiffeuse ainsi que sur les ventes de ses ouvrages au crochet, pour la rembourser.

     Ce salon de coiffure est emblématique des succès de plus en plus nombreux de l’ANHMS, dont les membres font preuve d’une volonté hors norme pour s’en sortir et prouver que, même en tant que handicapés, les membres de l’ANHMS sont capables, au même titre que les autres, de relever les défis économiques de la société actuelle.

Partenaires

  • Appuis financiers de l'Union Européenne, de l'UNIFEM (Fonds des Nations Unies pour la Femme) et du Fonds de Contribution Volontaire (département économique et social des Nations Unies) pour des projets de maraîchage à destination des femmes handicapées.
  • Partenaires et réseaux locaux : Musée de la Femme de l'île de Gorée, Ministère de la Famille, Handicap International, ONG Coopi, Réseau Siggile Jiggen, CONGAD, CLVF, Conseil National du Patronat, collectivités locales…
  • L'association Courants de Femmes qui a contribué à la création du site Internet de la section féminine en offrant des formations à la programmation web.

Nouveaux financements

     Depuis notre rencontre en 2003, l'ANHMS a bénéficié de nouveaux financements d'un groupe canadien, Mère et Monde, destinés à former les membres de l'association à la réparation du matériel orthopédique et des chaises roulantes.

Développement du site

     Zeynabou a utilisé la formation HTML reçue lors du premier projet de Courants de Femmes pour développer le site de la section féminine au sein du site général de l'ANHMS. Mme Thiam a suivi une formation pour gérer le blog que nous avons mis en ligne pour l'association. Désormais, il sera lié au site de la section feminine de l'ANHMS.

Cette page a été réalisée par les membres de l'association Courants de Femmes.